Mots étrangers et mots tronqués : diversité des pluralités…

Après la petite hystérie médiatique et populaire que l’on a connue il y a quelques mois concernant les recommandations linguistiques académiques datant de 1990 et leur mise en application dans les manuels scolaires à la rentrée prochaine, on pourrait s’étonner qu’aucun élan démocratique contestataire n’ait vu le jour pour défendre, ou attaquer, l’usage des accents, trémas, traits d’union, etc. Il est probable que l’ordre de priorité des questions sociales ait été réévalué depuis. Ne nous égarons pas plus loin dans les considérations politiques qui nous mèneraient à un cynisme déplaisant et revenons à l’essentiel : un bavardage aussi futile et pragmatique que possible à propos de ce bel instrument qu’est la langue. Et, par pur esprit de contradiction, Lire la suite

Publicités

La seconde : une gageure !

La langue française a plus d’un tour dans son sac pour vous chatouiller les nerfs. Or, après l’orthographe de quelques homophones et la grammaire dans tout plein de cas, c’est la prononciation qui vous attaque et vous en veut personnellement !

Au CP, vous aviez docilement appris à lire vos « c » et vos « g » mais vous tiriez déjà un peu la lanGUe pour mémoriser toutes les prononCIations différentes Lire la suite

Tout un article pour tout comprendre sur tout

Introduction minimale car je ne vous cache pas que le programme est chargé. Organisons-nous un peu et tout deviendra limpide. Allez, si vous êtes tous d’accord, on y va !

On commence par un bon basique : en ce qui concerne le genre (masculin/féminin) et le nombre (singulier/pluriel) dans les groupes nominaux, il y a généralement une logique grammaticale et/ou sémantique. Quand vous regardez une (trop longue) vidéo avec des petits chatons mignons sur internet, vous avez probablement un air ahuri pendant quelques minutes. Lire la suite

Or donc, il est d’ores et déjà hors de question de s’énerver

J’en connais plus d’un que certains homophones rendent fous. Il faut admettre que l’orthographe multiple, parfois inattendue et incompréhensible, de ces mots qui se prononcent pourtant de façon identique a réellement de quoi mettre hors or de soi les plus calmes voire voir rendre verts verre de rage les plus impulsifs. Pourtant, ces ses différences se justifient souvent, notamment d’un point de vue étymologique. Lire la suite